14.4.06

Agapes d'amour

"Jouir des bonnes choses renforce l'adoration chez le serviteur de Dieu et elles tirent de son coeur la louange la plus pure."

J'aime cette phrase tirée d'un traité culinaire arabe du XIIIème siècle, qui s'appelle, nom ô combien délicieux, le "Livre du lien avec l'ami à travers les bons plats et les parfums."

Je nous la mets pour Pâques, en souvenir de la ferveur perdue de mon enfance, qui me revient en mémoire à travers le rituel des délices familiaux de ces jours. Maman fera un navarin d'agneau au petit légumes tout nouveaux, le plat de printemps que je préfère (oui, je suis gâtée!) Le dessert de Pâques nous vient de la famille polonaise; c'est le caïmac. C'est une tarte toute simple, mais un vrai péché. Il s'agit d'une pâte sablée cuite, dans laquelle on verse un caramel très mou. On la mange une fois le caramel froid. Pour faire le caramel, sucre et crème sont chauffés sur un feu doux pendant une heure entière ou plus, jusqu'à ce qu'on obtienne une belle couleur fauve. Proportions: 1,5 litre de crème fleurette (pas light svp), 400 g de sucre et 2 batons de vanille fendus. Attention à ce que le caramel n'attache pas et tourner régulièrement dans la casserole. Nous nous relayions au fourneau pour touiller, et personne ne devait y manquer. Nous faisions un voeu en tournant. Je me souviens qu'il y avait souvent, Dieu sait pourquoi, un match de rugby à la télévision pendant cette opération.

PS1: Je suis tombée sur la phrase que je donne dans un livre admirable. Il est de Florence Ollivry et s'appelle "Les secrets d'Alep: Une grande ville arabe révélée par sa cuisine," chez Actes Sud. Les recettes, les aquarelles, les récits sont magnifiques et terriblement évocateurs.

PS2: J'ai fait quelques recherches sur ce drôle de mot, "caïmac", qu'après tout je n'ai jamais entendu hors d'un contexte familial étroit. Et bien oui il existe bien; c'est un mot qui existe dans différentes langues slaves qui signifie "crème cuite" (et "élite", par ailleurs! comme en français la "crème" signifie aussi l'élite, c'est drôle, certainement parce que la crème monte à la surface du lait). Ce mot vient du turc, ou plutôt de l'ottoman. J'ai même trouvé une image de "vendeur de caïmac", une gravure du XIXème, où un Occidental dépeint des vendeurs ambulants turcs. Marc, tu confirmes?

8 Comments:

Anonymous Michel said...

Si le marchand de caïmac est accompagné d'un marchand de légumes sur la gravure, c'est pour donner bonne conscience au chaland ? Depuis quelques années, j'ai pu constater qu'un repas qui se termine au caïmac est un bienfait qui pèse, dont il faut savourer la rareté - oh, allez, je suis bien un peu hypocrite, là.

samedi, 15 avril, 2006  
Anonymous Marc said...

"Caïmac" ? Yep, c'est le turc "kaymak", qui signifie toute sorte de crème. Mais il me semble qu'elle est plus souvent crue que cuite dans les desserts, une sorte de chantilly moins légère et moins sucrée.

J'en ai profité pour aller étoffer mon savoir un peu... maigre, et découvert à cette occasion un dictionnaire en ligne très sympa (mais en turc, eh ben oui !), le "Dictionnaire acerbe". J'aime bien notamment cette définition-ci (n° 6) : "Kaymak - Un produit laitier dont il est impensable qu'il ne recouvre pas le coing au sirop". Miaaaaââmmm !

A propos de turqueries, sais-tu que ton "navarin" de ce dimanche tire son nom du site où nos vaillants marins défirent la flotte ottomane en 1827 ? Amis cuistots-cuistres, bonsoir.

samedi, 15 avril, 2006  
Blogger Christine said...

Ah non, je ne savais pas, je n'avais jamais entendu parler de la bataille de Navarin... j'ai du mal à ne pas visualiser des petis pois qui volent dans une cantine d'école primaire, mais je me doute que Marc 'Grandaddy Kaymak' A. froncera son nez d'historien devant cette image infidèle.

Pour la bataille de Navarin, voir http://www.bmlisieux.com/archives/navarin.htm: un texte assez soporifique d'Eugène Sue confirme son existence.

Au fait, Marc, comment tu fais pour mettre des liens dans les commentaires? Avec la formule html habituelle de blogger, ça ne marche pas...

dimanche, 16 avril, 2006  
Anonymous Marc said...

Eh, c'est que le Lyonnais sait y faire en matière de tissage, pardi !

Prenons un exemple. Je veux insérer un lien vers le site de l'ancien président de la (so-called) République turque de Chypre nord, Rauf Denktash. Je connais l'adresse : http://www.rrdenktas.com/, mais l'écrire platement comme ça ne suffit pas à la transformer en lien. Pour ce faire, je dois la "baliser" :
- j'ouvre la balise avec :
a href="http://www.rrdenktas.com/" (en faisant bien attention aux guillemets
- j'ajoute une courte description du lien (ce peut-être l'adresse elle-même, ou autre chose)
- je referme la balise avec /a
(attention, comme tu sais toutes les balises doivent être mises entre < >, ce que je n'ai pas fait ici pour que ton blogger ne les repère pas)

Si j'ai bon, tout le texte compris entre le début et la fin de la balise devient cliquable, et renvoie à l'adresse voulue :
Le culte de la personnalité à la mode chypriote.

A vot'service.

mardi, 18 avril, 2006  
Blogger Christine said...

Mille mercis, Marc, donc il faut mettre le machin html habituel sans les <>. Je vais essayer.
Le site de Rauf Denktash... Je viens de me faire l'animation flash de bienvenue... Un peu d'esthétique comme ça me rappelle tout l'oxygène qu'on a ici (précieux, pourvu que ça dure).

mardi, 18 avril, 2006  
Anonymous Marie de Chicago said...

Ce soir, petite promenade approfondie sur le site du Bistrot de Cristina (en lisant les commentaires qui prolifèrent dernièrement).
Je ne peux pas m'empecher de rajouter un petit mot au sujet de ce superbe site, donné en exemple pris au hasard, ou presque, par Marc. Qualité graphique hors norme, vraiment beaucoup aimé tous les détails ;-)
Non, sans rire, c'est possible de faire des choses pareilles sans que ce soit du 2d degré ? Argh.

jeudi, 20 avril, 2006  
Anonymous Féfile said...

Je pleure de rire à la vision du site de Denktash...
Peut-être devrais-je pleurer d'incrédulité ?

vendredi, 21 avril, 2006  
Blogger Gracianne said...

Chez nous la ferveur n'a jamais existe, seule la tradition des fetes chretiennes se perpetue. Le plus difficile, c'est de repondre aux questions des enfants, le concept meme de dieu leur est inconnu. Il doit bien exister un petit bouquin du style :"la religion expliquee aux enfants athes".

lundi, 24 avril, 2006  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home